[Numérique] – Accompagner la prise en main des sites d’auto-apprentissage

Dans le domaine de la formation linguistique, certains apprenants ne trouvent pas de réponse à leur besoin ou envie de formation.
Groupes saturés, rythmes trop extensifs ou difficultés à travailler dans des groupes hétérogènes… nombreux sont les apprenants en demande d’autres modalités de formation.
D’autre part, les principes de base de l’« apprendre à apprendre » incitent tout formateur à offrir aux accompagnés des outils leur permettant de développer leur autonomie et de continuer ou compléter leur parcours de formation.

Résultat de recherche d'images pour "web formation tablette""Pour certains profils d’apprentissage, déjà utilisateurs du numérique dans leur langue maternelle, les sites disponibles sur le Web constituent des ressources intéressantes.
Cependant, il peut être difficile de se retrouver dans toutes ces propositions : prérequis linguistiques ou d’utilisation des outils numériques, architecture du site parfois un peu opaque, travail limité à certaines compétences…

Au sein de l’équipe AFI/ECRIT69, il a donc semblé intéressant de proposer des outils d’analyse de ces sites et de travailler avec certains formateurs (bénévoles ou salariés) à l’identification des ressources, l’aide à la prise en main par les apprenants mais aussi la complémentarité nécessaire avec des cours « traditionnels » en présentiel.

La démarche d’ECRIT69 s’est donc construite autour de plusieurs étapes, impliquant différents types d’acteurs.
Chronologiquement, voici les actions qui ont été menées :

  • Le recensement de différents sites d’auto-apprentissage, en sélectionnant parmi les ressources disponibles celles qui sont gratuites et en les présentant de manière claire et accessible sur un document disponible également en ligne sur le Pearltrees Ecrit69.
    Cette liste permet de retrouver assez facilement des sites intéressants en fonction du niveau, des objectifs ou des thématiques souhaitées par l’apprenant.

 

 

 

  • La présentation de ces différents sites en partenariat avec la bibliothèque du Point du Jour (Lyon 5), présentation accompagnée par la rédaction de documents permettant aux bibliothécaires de prendre des indices afin de mieux orienter les personnes vers la ressource adéquate

 

  • L’actualisation de sites et l’expérimentation de ces outils de communication auprès de stagiaires en formation PIC (Actions de formations collectives portées par Pôle Emploi) avec l’organisme de formation ALPES Formation.

 

Résultat de recherche d'images pour "ordinateur web""

  • Le travail avec les bénévoles en Ateliers Sociolinguistiques œuvrant sur le site de Villefranche-sur-Saône afin d’identifier pour chaque site atouts et points forts. Cette démarche a permis aux bénévoles de monter en compétences en découvrant d’autres modes d’animation, de travailler sur la structure des documents numériques, d’imaginer les accompagnements préalables pour la prise en main en autonomie par l’apprenant et d’identifier les éléments de complémentarité entre l’apprentissage à distance et en présentiel :

*** Voir ici les grilles d’analyse créés avec et par le groupe d’intervenants en ASL
à Villefranche sur Saône
 ***

 

  • L’animation fin 2019 d’une journée collaborative dans les locaux d’AFI/ECRIT69 afin de proposer à d’autres partenaires ce travail.

 

Grâce au travail de ces différents acteurs, nous pouvons proposer des grilles d’analyse de sites, qui ne demandent qu’à être enrichies, complétées afin que le numérique profite à tous !

AFI/ECRIT69 – 185 rue Jean Voillot – 69100 Villeurbanne – ecrit69@afi3.fr

[Retour sur la JNAI] – Lutter contre l’illettrisme, oui mais comment ? Bourg-en-Bresse, 16/09

Aujourd’hui, 2 500 000 jeunes et/ou adultes actifs sont en difficulté avec les compétences de base (compétences en compréhension et/ou expression écrite, mathématiques, numériques…), ce qui peut freiner voire empêcher des actes de la vie quotidienne ou professionnelle. Les situations d’illettrisme sont dites « difficiles » à identifier et encore « taboues » dans notre société.

Choisir de réapprendre à lire-écrire-compter à l’âge adulte n’est pas une démarche facile : seulement 1% des personnes en situation d’illettrisme font la démarche de réapprendre à lire, écrire, compter à l’âge adulte.

Actuellement, les solutions d’accompagnement formatif sont trop peu nombreuses sur les territoires ou mal adaptées. Cependant, des acteurs mettent en œuvre des modalités d’accompagnement qui permettent des parcours remarquables.

 

Lundi 16 septembre 2019, les équipes des centres ressources illettrisme de l’Ain, de la Loire, du Rhône, ont profité des Journées Nationales d’Actions contre l’Illettrisme pour favoriser la mobilisation de nombreux acteurs (ADEA Formation, l’ADSEA01, ALPES Formation, ATELEC « Lettres pour l’Etre », la Chaîne des Savoirs, le Cinémateur, ELLIPPS, ESCAZAL-films, l’IFSI-CPA, la Ville d’Oyonnax) en participant, échangeant autour du thème : Lutter contre l’illettrisme, oui mais comment ?

 

 

 

 

 

 

 

 


→ 
Conférence de Anne Vinérier : « Entreprendre de réapprendre en situation d’illettrisme », avec la participation de 2 ambassadrices de la Chaîne des Savoirs, et l’organisme de formation ELLIPPS de Roanne

Cette journée de sensibilisation s’est déroulée le matin autour de la conférence « Entreprendre de réapprendre » d’Anne Vinérier, docteur en sciences de l’éducation, accompagnée de deux ambassadrices de la Chaîne des Savoirs de Roanne qui ont témoigné de leur parcours et des étapes, « des portes » à franchir, à ouvrir, pour passer de l’ombre à la lumière* et prendre la parole comme elles le font désormais.
(*en référence au mythe de la caverne de Platon, explicité en première partie de l’ouvrage d’Anne Vinérier)

 

→ Paroles d’acteurs : quelles propositions pour qui ? Zoom sur 4 actions qui permettent, chacune à leur manière, et auprès de publics divers (jeunes, demandeurs d’emploi, salariés…) de favoriser la littératie.

Durant la seconde partie de matinée des acteurs de l’accompagnement social et de la formation ont présenté des actions menées dans leurs structures pour permettre des parcours adaptés aux situations de salariés, jeunes sortis du système scolaire, femmes et hommes en insertion sociale et/ou professionnelle.
A cette occasion, Patrick, apprenant et administrateur de l’association ATELEC a témoigné de son parcours et des difficultés rencontrées pour passer lui aussi de l’ombre à la lumière. Le pôle numérique de l’ADEA-formation a témoigné de l’importance de la sensibilisation, de la professionnalisation des futurs conseillers médiateurs numérique, en vue d’adapter l’accompagnement aux usages du numérique en direction de personnes en situation d’illettrisme.