[Eclairage] – « La crise sanitaire a amplifié les fragilités des personnes en situation d’illettrisme », ANLCI

A l’occasion de la Journée internationale de l’alphabétisation, Hervé Fernandez, directeur de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), explique les enjeux de l’accès aux compétences de base.

Le 8 septembre marque la Journée internationale de l’alphabétisation. La cause semble ne pas concerner la France qui, ayant rendu l’école obligatoire en 1882, connaît un taux d’analphabétisme inférieur à 1%. Pourtant, malgré cela, 2,5 millions de Français sont considérés comme illettrés, c’est-à-dire qu’ils sont allés à l’école mais ne maîtrisent pas les compétences de base – la lecture, l’écriture, le calcul mais aussi désormais le numérique. Pour Hervé Fernandez, directeur de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), qui organise ses journées nationales d’action du 7 au 13 septembre, l’illettrisme doit plus que jamais être au cœur des préoccupations, la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus ayant selon lui accentué les inégalités.

Lire la suite :
Article paru dans Le Monde, le 08/09/2020, propos recueillis par Julie Bienvenu

FacebooktwitterFacebooktwitter