[Formations] – Programme 2019-2020 des formations de Forum Réfugiés Cosi

Forum Réfugiés-Cosi est un acteur reconnu dans le domaine de l’accompagnement juridique et social des demandeurs d’asile, des réfugiés et des migrants. Dans un contexte de constante évolution du cadre réglementaire, des dispositifs, des conditions d’accueil et d’arrivée des demandeurs d’asile, réfugiés et migrants en Europe et en France, des parcours d’exil de plus en plus éprouvants, leurs formations vous accompagnent pour vous permettre d’actualiser, d’adapter votre pratique et de renforcer vos compétences.

Les formations de Forum Réfugiés-Cosi sont ouvertes à toute personne salariée, bénévole, demandeuse d’emploi, étudiante… selon un calendrier établi et un mode d’inscription individuel.


→ Découvrir toute l’offre de formation (programmes établis et modalités de formation sur mesure) :
http://www.forumrefugies.org/missions/centre-de-formation

[Retour sur…] – la 2ème Quinzaine régionale de l’intégration en région

  

La deuxième édition de la Quinzaine régionale de l’intégration s’est déroulée en Auvergne-Rhône-Alpes du 8 au 19 octobre 2018, sur une initiative originale des services du Secrétariat général pour les affaires régionales (SGAR) et de la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRDJSCS).

Les préfectures et les directions départementales de la cohésion sociale de sept départements de la région (Ain, Ardèche, Drôme, Haute-Loire, Haute-Savoie, Loire et Rhône) ont organisé des manifestations pour valoriser les actions et les expérimentations originales et innovantes en matière d’intégration des personnes étrangères, et mettre en lumière des parcours individuels d’intégration réussis. Cette quinzaine a rassemblé une trentaine d’associations partenaires et 350 participants.


Découvrez les événements marquants de cette Quinzaine de l’intégration 2018 :

http://www.prefectures-regions.gouv.fr/auvergne-rhone-alpes/Region-et-institutions/L-action-de-l-Etat/Cohesion-sociale-vie-associative-sport-et-jeunesse/Cohesion-sociale/Integration-des-publics-migrants/Bilan-de-la-deuxieme-Quinzaine-regionale-de-l-integration-en-Auvergne-Rhone-Alpes

[Réforme] – Déclaration du Premier ministre sur les programmes d’intégration des immigrés

Au mois de février 2018, le député Aurélien Tâché présentait 72 propositions pour l’intégration des migrants. Le 5 juin, le gouvernement a dévoilé sa feuille de route selon quatre axes : l’apprentissage du français, la formation civique, l’accès à l’emploi et la prise en compte des situations particulières, notamment celle des réfugiés.
Les cours de français sont au premier rang de ces décisions:

  • Le nombre d’heures de cours de français passera de 100 à 400 heures, 600 heures sont prévues pour les publics non scolarisés antérieurement.
  • Les gardes d’enfants seront développées afin que les parents puissent assister aux cours de français.
  • Les demandeurs d’asile qui ont le plus de chances d’obtenir le statut de réfugié pourront suivre des cours de français dès le début du processus de demande de protection. Le gouvernement pense particulièrement aux titulaires d’un visa pour asile et aux bénéficiaires de la relocalisation.
  • La durée de la formation civique dispensée dans le cadre de Contrat d’intégration républicaine passera de 12 heures à 24 heures. Aurélien Tâché en préconisait 60.
  • En concertation avec M. Blanquer, Ministre de l’Education nationale, les moyens alloués au programme « Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des enfants » verra ses moyens multipliés par deux.
  • Des formations linguistiques à visée professionnelle.

→ Pour lire la déclaration du Premier ministre
→ Pour lire le dossier de presse

 

[Publication] – Le projet SamSam, outil collaboratif de France terre d’asile

> Le nouvel outil collaboratif de France terre d’asile pour venir en aide aux réfugiés.

Le SamSam est le guide bilingue d’informations pratiques pour vivre au quotidien à Paris (et en France), comprendre les lois sur l’asile, découvrir la langue et la culture française. Il centralise un ensemble d’informations fiables, aussi utiles aux demandeurs d’asile et aux migrants qu’à ceux qui les orientent.

Les informations d’urgence restent accessibles même hors connexion, grâce à une extension qui garde en cache les rubriques sélectionnées.

Le projet SamSam s’appuie sur une communauté de « SamSameurs », acteurs associatifs, bénévoles, migrants et demandeurs d’asile… Leur collaboration enrichit et améliore les contenus en permanence ; elle rapporte et rassemble expériences, bonnes pratiques et bons plans utiles aux migrants et aux réfugiés.

http://samsam.guide/

[Publication] – Rapport « Persécutés au pays, déboutés en France »

Source : site Réseau Alpha – http://www.reseau-alpha.org/billet/ef8f3-parution-du-rapport-persecutes-au-pays-deboutes-en-france

Primo Levi

Le Centre Primo Levi a publié un rapport mettant en lumière des déboutés du droit d’asile, parmi lesquels certains ont subi des persécutions et sont toujours menacés dans leur pays.

L’UNANIME REJET DES DÉBOUTÉS DU DROIT D’ASILE

Depuis quelques années, un glissement dans la perception du réfugié a amené les déboutés du droit d’asile à être pointés du doigt comme étant à la fois la cause et la solution des dysfonctionnements du système d’asile : même les discours les plus généreux en matière d’accueil des réfugiés présentent comme une évidence le fait que les déboutés « engorgent le dispositif » alors qu’« ils n’ont pas vocation à rester ». Le taux de rejet serait la preuve que les demandeurs d’asile sont en majorité des usurpateurs.
Pourtant, parmi ces « déboutés » se trouvent des personnes qui ont été victimes de la torture et d’autres formes de violence politique dans leur pays, et dont la vie y est toujours menacée.

LE CONSTAT TROUBLANT DE NOS ASSOCIATIONS

Dès sa création en 1995, le Centre Primo Levi s’est donné pour mission non seulement de soigner les traumatismes physiques et psychiques des personnes réfugiées en France, mais aussi de témoigner des effets de la violence politique. Or plus de la moitié des patients du Centre Primo Levi ont été déboutés du droit d’asile en France, « avec des conséquences dramatiques aussi bien sur leur état de santé et leurs conditions de vie que sur leur espoir de retrouver une vie normale », constate Sibel Agrali, directrice du centre de soins Primo Levi.
Les chiffres des autres associations qui reçoivent des victimes de torture, structures de soins ou autres, sont tout aussi éloquents : en 2014, le Comede (Comité pour la santé des exilés), par exemple, a suivi 340 personnes déboutées du droit d’asile, dont 71% avaient subi des violences et 23% des actes de torture.
Comment expliquer que de telles personnes puissent ne pas obtenir de protection internationale ?


LE CENTRE PRIMO LEVI A ENQUÊTÉ

Face au manque d’informations sur lequel sont fondés l’opinion publique et les discours de nos leaders politiques, le Centre Primo Levi a pris l’initiative d’aller enquêter auprès d’un grand nombre de professionnels de l’accueil, du soin et de l’asile.

Quel parcours suit-on avant d’être débouté ? Quelles sont les failles de la procédure qui peuvent expliquer que des personnes ayant été victimes de la torture et d’autres formes de violence politique se fassent débouter et menacer d’expulsion ? Quels sont les impacts sur leur état de santé psychique et physique, et quelles sont les perspectives qu’il leur reste une fois que leurs droits et leurs espoirs ont été quasiment réduits à néant, et qu’ils ne peuvent pour autant pas rentrer dans leur pays sans risquer leur vie ? Telles sont les questions auxquelles le Centre Primo Levi propose de répondre à travers ce rapport, pour tenter de dissiper les préjugés et de lever le voile sur ces personnes prises dans une impasse dramatique.

Fort de son expérience et des constats qu’il tire de son enquête, le Centre Primo Levi formule une liste de recommandations à l’attention des pouvoirs publics afin que les survivants de la torture et de la violence politique soient reconnus en tant que tels et que la protection qui leur est due leur soit garantie.

> Téléchargez le rapport en cliquant sur ce lien : http://www.primolevi.org/actualites/persecutes-au-pays-deboutes-en-france.html