[Réforme] – Le député Aurélien Taché présente ses 72 propositions pour favoriser l’intégration des immigrés

[Source : LE MONDE |  • Mis à jour le ]

Un réfugié soudanais suit un cours de bureautique, dans le cadre d'un dispositif soutenu par Pôle Emploi, à Vichy, le 31 janvier 2018.Aurélien Taché, député LRM, a remis au premier ministre, lundi 19 février en fin de journée, ses « 72 propositions pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France ». Bouclé depuis plusieurs semaines, ce travail avait été mis en attente par l’exécutif qui préférait sa sortie au plus près de la présentation en conseil des ministres du projet de loi « asile et immigration » de Gérard Collomb, prévue mercredi.

Les 131 pages du parlementaire, un ex-socialiste sensible aux valeurs d’accueil, font en effet entendre une autre voix que la dissuasion migratoire et la facilitation des expulsions, les deux lignes directrices du projet de loi du ministre de l’intérieur. Aurélien Taché revisite en profondeur les premières années en France à travers la triple focale du pragmatisme, de la cohésion sociale et des droits dus aux plus vulnérables. Et son rapport tout entier a été guidé par l’obsession de faire mentir la statistique (OCDE) qui veut qu’au bout de cinq ans de séjour en France un tiers seulement des étrangers soit en emploi.

Le rapport de l’élu LRM préconise notamment une hausse des heures de français et une réduction de l’interdiction de travailler de neuf à six mois.

→ Pour lire l’article au complet :
http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2018/02/19/le-depute-tache-presente-ses-72-propositions-pour-favoriser-l-integration-des-immigres_5259177_1654200.html#xtor=AL-32280270

 

→ Pour accéder au Rapport de Aurélien Taché by Le Monde on Scribd :

[Mobilisation] – Retour sur le colloque CESER Auvergne-Rhône-Alpes (19 décembre, Lyon)

[Source : e-lci janvier 2018, ANLCI]

« Former pour et par le travail »
Colloque du 19 décembre 2017 à Lyon

Le CESER et l’AGEFOS PME Auvergne-Rhône-Alpes co-organisaient un colloque sur le thème « Former pour et par le travail », le mardi 19 décembre dernier au siège de la Région à Lyon.

Deux tables rondes était animées lors de ce colloque avec des témoignages d’entreprises, de salariés et d’acteurs de l’orientation, de l’emploi et de la formation. A l’issue de cette journée de réflexion, le CESER a soumis plusieurs préconisations pour l’acquisition des savoirs de base et la lutte contre l’illettrisme pour les salariés en difficulté.

 

Zoom sur quelques préconisations du CESER Auvergne-Rhône-Alpes

  • Mieux identifier les publics fragilisés et anticiper les besoins de qualification
    « Les publics salariés fragilisés doivent être pleinement pris en compte dans les documents d’orientation et de planification en cours d’élaboration : le CPRDFOP et le Plan régional de lutte contre l’illettrisme. La lutte contre l’illettrisme doit faire l’objet d’un engagement de l’ensemble des partenaires. »
  • Développer des ingénieries de formation spécifiques aux salariés fragilisés
    « éviter la stigmatisation au sein de l’entreprise (public en situation d’illettrisme par exemple) :
    – En développant les formations en situation de travail (FEST) en les reconnaissant comme une modalité de formation à part entière ;
    – En mobilisant les outils numériques dans le double but d’améliorer la performance pédagogique et de familiariser les publics à leur usage autre que ludique »
  • Développer les compétences transversales et transférables
    – En développant la définition des référentiels d’emploi et donc de formation en blocs de compétences ;
    – En introduisant cette notion dans les actions d’accompagnement et d’orientation à côté de celle de métier (CEP, SPRO) pour introduire chez les actifs une autre vision de leurs possibilités de parcours et de développement de leurs compétences ;
    – En généralisant la certification des cursus de formation et des qualifications par blocs de compétences. De ce point de vue, le développement des CQPI (Certificats de qualification professionnelle interbranches) constitue une voie intéressante dans le cadre de la mobilité intersectorielle. Ils permettent d’identifier des activités identiques ou proches, des capacités ou des compétences communes à plusieurs branches professionnelles. »
  • Renforcer l’accès aux compétences de base et proposer un accompagnement global renforcé pour les publics les plus fragilisés
    – En consolidant les nombreux dispositifs existants et en les déployant en fonction des besoins identifiés dans les territoires ;
    – En faisant le bilan du Plan régional de lutte et de prévention contre l’illettrisme et en construisant un nouveau programme d’actions sur le périmètre Auvergne-Rhône-Alpes.

Le Conseil Régional pourrait élaborer un programme innovant préalable à l’entrée en formation, pour un accompagnement renforcé des publics éloignés de l’emploi, sur un mode d’alternance spécifique. L’objectif de ce programme serait à la fois l’acquisition du socle de compétences pour chacun et la validation du projet professionnel. »

 

Retrouver les actes de ce colloque sur le site du CESER Auvergne-Rhône-Alpes 

[Mobilisation] – Colloque « Langue Française et Cohésion Sociale » avec Thierry Lepaon – 18 octobre à Paris

Langue française et cohésion sociale - 18 octobre

 

Thierry LEPAON, délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale
a proposé le colloque

« Langue française et cohésion sociale : enjeux et stratégies d’action »

 

le 18 octobre 2017
au Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) à Paris 16e

Cohésion sociale, crise migratoire, travail, formation professionnelle, sont autant de sujets d’actualité que traverse la question de l’accès à la langue française. Or, dans notre pays, 6 millions de personnes ne maîtrisent pas suffisamment le français pour accomplir seules les démarches de la vie quotidienne, dont 3 millions sont en situation d’illettrisme.

A travers ce colloque, le Délégué interministériel à la langue française pour la cohésion sociale a souhaité donner la parole aux acteurs en capacité de décoder les enjeux politiques, économiques et sociaux des questions linguistiques et d’ouvrir la voie au renouvellement de l’action publique autour de la langue française.

 

– Retrouvez le programme du colloque

 

Contact pour plus d’informations : Ptolémée, Tél : 01 47 70 72 50 / langue-francaise@ptolemee.com

[Réforme] – Migrants : la France veut mettre l’accent sur l’apprentissage du français, jugé insuffisant

Article paru le 1er octobre 2017, sur le site lemonde.fr / pages Sociétés :

 

« Migrants : la France veut mettre l’accent sur l’apprentissage du français, jugé insuffisant

Le député (LRM) Aurélien Taché a été chargé d’une mission visant à refonder la politique d’intégration en privilégiant l’apprentissage du français. Le système actuel de formation linguistique est en échec, selon un rapport parlementaire. »

Accéder à l’article 

 

– Prendre connaissance du Rapport d’information  fait par Roger KAROUTCHI, sénateur
Enregistré à la Présidence du Sénat le 19/07/2017

Au nom de la commission des finances

Sur la mise en oeuvre de la réforme de la formation linguistique et civique des étrangers primo-arrivants