[Retour sur…] – Pratiques numériques : accompagnement d’acteurs par AFI/ECRIT69

L’année 2020 a été marquée par une situation sanitaire sans précédent qui a accéléré l’utilisation du numérique, que ce soit pour garder le contact, travailler, se former ou s’amuser…

Mais sur smartphone ou sur ordinateur, nous ne sommes pas tous au même niveau de maîtrise et le numérique s’affirme comme une nouvelle compétence de base indispensable au quotidien. Dans le champ de la formation linguistique, les professionnels et bénévoles sont contraints de faire évoluer leurs pratiques pour d’un côté garder le lien avec leurs apprenants, mais aussi poursuivre l’accompagnement pédagogique de leurs groupes. Pour de nombreuses personnes déjà en difficulté avec la langue, en situation d’illettrisme, d’alphabétisation, ou Français Langue Etrangère, les difficultés numériques s’ajoutent aux difficultés linguistiques :  c’est la « double peine« .  

A partir des besoins recensés sur le terrain et dans le cadre de ses missions sur le développement des compétences de base dont le numérique fait aujourd’hui partie, le Centre Ressources AFI/ECRIT69 a mis en place en 2020 plusieurs accompagnements en lien avec le numérique à destination des professionnels et bénévoles en ASL dans l’objectif d’enrichir ou faire évoluer leurs pratiques, pédagogiques ou d’accompagnement.


Cette dynamique en lien avec le numérique avait débuté dès 2018 avec un travail de recensement et de partage de ressources pédagogiques disponibles sur Internet. Un Pearltrees a été mis en ligne en collaboration avec des animateurs bénévoles en ASL afin de regrouper des outils adaptés au public auprès duquel ils interviennent.
Boite à outils PEARLTREES ECRIT69

Par la suite, plusieurs structures ont travaillé́ avec AFI/ECRIT69 dans l’objectif d’analyser et de proposer aux apprenants des sites d’auto-apprentissage, dans le but de varier les modes d’apprentissage en complément des actions collectives. Ce travail a également mené à une sélection comparée de sites, applications et MOOC qui fait apparaître les différences et complémentarités de ces outils gratuits.
SITOGRAPHIE : sites / applications / MOOC


SITES DE LA VIE QUOTIDIENNE
Dans le cadre du programme de formation d’AFI/ECRIT69, une journée collaborative sur le thème « Accompagner les apprenants à utiliser les sites de la vie quotidienne » a réuni le 4 février 2020 des acteurs variés (formateurs, médiateurs de médiathèque, conseillers d’insertion Mission locale, animateurs bénévoles d’ASL/EPN… ) en lien avec du public rencontrant des difficultés linguistiques ET numériques. Les réflexions collectives ont permis d’analyser plusieurs sites de la vie quotidienne pour mettre en lumière les points de vigilance et supports pour l’accompagnement à l’utilisation de ces sites en autonomie.
De cette journée a découlé un groupe de travail sur le vocabulaire du numérique, suite à l’idée de le comparer au vocabulaire mieux connu du quotidien, et notamment celui de la maison. De nombreux parallèles ont pu être faits entre ces deux domaines et le travail sera poursuivi dans les prochains mois pour créer des ressources et aider les publics en difficulté à s’approprier ce vocabulaire.


COMMUNIQUER AVEC LE NUMERIQUE
Une rencontre collaborative « Communiquer avec les outils numériques » le 7 mai 2020 a permis de partager des constats sur le manque de matériel, de connexion ou de compétences des apprenants et accompagnants qui font obstacle à une utilisation efficace du numérique dans la continuité pédagogique.
D’un autre côté, il a été observé que certains apprenants ont des pratiques déjà présentes sur lesquelles les accompagnants peuvent s’appuyer, et qui ne nécessite pas spécifiquement de compétences numériques poussées, notamment sur Whatsapp. Cette application fréquemment utilisée dans un contexte familial et privé, a été largement plébiscitée pour garder le lien avec les groupes et parfois continuer l’accompagnement. Les nombreuses fonctionnalités de WhatsApp permettent en plus une communication individualisée en fonction des problématiques linguistiques.


WHATSAPP POUR TOUS
A partir de ces observations, un cycle #WhatsAppPourTous a vu le jour en juin.
Tout d’abord avec une première rencontre pour une entraide à la prise en main de l’application par les accompagnants ; il faut en effet être à l’aise avec un outil pour pouvoir l’utiliser avec des apprenants.
Ensuite, plusieurs rencontres ont eu lieu pour outiller les professionnels et bénévoles et leur permettre d’aborder cette thématique en toute sécurité, mais aussi afin de mettre en place des démarches innovantes, en mutualisant et enrichissant les pratiques.
→ Activités pour utiliser WhatsApp avec publics en insécurite linguistique

D’autres groupes de travail ont permis l’élaboration de tutoriels et fiches pédagogiques pour l’appropriation de l’application et de ses fonctionnalités, sous différents formats pour répondre aux différents profils linguistiques, mais aussi la rédaction d’une charte en français facile (FAL) pour encadrer l’utilisation de WhatsApp dans le groupe.
Tutoriels :
→ WA_Ecrire et envoyer un message écrit
→ WA_Recevoir un appel
WA_Passer un appel visio
→ WA_Appel visio – A
ppropriation
→ WA_Envoyer une photo instantanée (vidéo ci-dessous) :

 

UTILISATION DE ZOOM POUR LES VISIOS
De nombreux animateurs n’ont pas de smartphone et ne se sentent pas à l’aise pour continuer à travailler avec leurs apprenants via WhatsApp.
En revanche, la visioconférence possible sur ordinateur de leur côté et sur smartphone pour les apprenants, leur semblait être une solution à leurs attentes. Des « Portes ouvertes Zoom » ont alors vu le jour. Ces rencontres dans un environnement sécurisant leur ont permis de découvrir et prendre en main le logiciel de visioconférence mais aussi d’échanger avec d’autres ayant le même projet sur les fonctionnalités, des exemples de pratiques à mettre en place avec un groupe et les points de vigilance à garder en tête. Suite à cela, de nombreux bénévoles se sont lancés dans l’animation d’ateliers en distanciel et ont permis à leurs apprenants de poursuivre leur apprentissage !

Dans une idée de lutte contre la fracture numérique, des documents d’aide à la connexion à Zoom sur ordinateur et smartphone ont été rédigés et partagés en amont des rencontres pour que les participants se sentent plus en confiance et profitent de la rencontre sans être déconcentrés par des questions techniques.
Aide à l’utilisation de Zoom – en détails
Aide à l’utilisation de Zoom – sur ordinateur
Aide à l’utilisation de Zoom – sur smartphone

Tous ont hâte de retrouver le présentiel, mais cela restera une riche expérience et cette modalité pourra toujours répondre à certains besoins.
Le passage au tout numérique s’est accéléré dû à la situation sanitaire et de nombreuses actions voient le jour pour s’approprier le numérique, mais elles ne correspondent pas toujours aux besoins des personnes en difficulté avec la langue. En 2021 encore, AFI/ECRIT 69 restera à votre écoute, accompagnera vos idées/projets et innovera pour proposer des rencontres, outils et ressources adaptés !
→ Contactez-nous pour en savoir plus ou nous solliciter pour un appui extérieur : ecrit69@afi3.fr


NOUVEAU ! | PROGRAMME DE FORMATION – Hiver
Découvrez notre Programme des formations ECRIT69 du 1er trimestre 2021 et inscrivez-vous  ! La majeure partie des formations seront encore à distance, en Visio Zoom. 2 formations seront proposées en présentiez, et pour celles-ci, les places seront limitées – voir notre protocole sanitaire, pour la sécurité de tous !
→ Pour toute question sur notre programme d’hiver : ecrit69@afi3.fr !

[VAE] – Financement VAE Transitions pro et OPCO : prolongation en 2021

Une nouvelle ordonnance a été publiée le 2 décembre 2020 portant sur les financements de la VAE dans le cadre de la crise sanitaire actuelle. L’expérimentation permettant aux OPCO et Transitions Pro de financer la démarche VAE de manière forfaitaire en vigueur jusqu’au 31 décembre 2020 est prolongée jusqu’au 30 juin 2021.

En Auvergne-Rhône-Alpes, pour une démarche VAE auprès de Transitions Pro, la prise en charge financière s’élève à 2000 €. Elle comprend les étapes suivantes :

  • La recevabilité du dossier
  • La préparation du dossier avec accompagnement
  • L’évaluation finale par un jury

→ Pour les démarches à suivre, consultez le site Transitions pro Auvergne-Rhône-Alpes.

Dans le cadre d’une démarche auprès d’un OPCO, se rapprocher de l’OPCO en lien avec son secteur d’activité pour connaitre les décisions en vigueur et le montant forfaitaire pouvant être d’un montant jusqu’à 3 000€.
Retrouvez la liste des OPCO

Sources :
Via Compétences, 09/12/2020
Bon à savoir / IRIS 38 – Janvier 2021

[Lettre d’infos] – Sélection d’informations du « Bon à Savoir » – IRIS 38

Retrouvez chaque trimestre une sélection d’informations internationales, nationales, régionales et locales concernant principalement la formation de base et l’illettrisme réalisée par Marie-Hélène Lachaud pour le Centre Ressources Illettrisme de l’Isère IRIS 38.

BON A SAVOIR – Janvier 2021

Sélection d’informations du CRI IRIS 38


Pour télécharger les derniers numéros du « Bon à Savoir » #BAS en 2020 : 
BAS 3ème trimestre 2020 (juillet-septembre)

BAS 2ème trimestre 2020 (avril-juin)
BAS 1er trimestre 2020 (janvier-mars)


Lien vers le site d’IRIS 38 : www.cri38-iris.fr

[Coronavirus] – Les activités des organismes de formation professionnelle poursuivent leurs activités

Durant ce 2ème confinement, un décret est paru indiquant la possibilité de poursuivre les activités de formation professionnelle : https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000042475143
Article 35
Dans des conditions de nature à permettre le respect des dispositions de l’article 1er :

Les établissements mentionnés au titre V du livre III de la sixième partie du code du travail peuvent accueillir les stagiaires pour les besoins de la formation professionnelle, lorsqu’elle ne peut être effectuée à distance ;

2° Les établissements mentionnés au livre II du code de la route peuvent accueillir des candidats pour les besoins des épreuves du permis de conduire ;
3° Les établissements mentionnés au chapitre II du titre VII du livre II de la cinquième partie du code des transports sont autorisés à ouvrir au public, lorsque les formations concernées ne peuvent être assurées à distance ;
4° Les établissements assurant la formation professionnelle des agents publics peuvent accueillir des stagiaires et élèves pour les besoins de leur formation, lorsqu’elle ne peut être effectuée à distance ;
5° Les établissements mentionnés à l’article L. 5547-3 du code des transports peuvent accueillir les stagiaires pour les besoins de la formation professionnelle maritime, lorsqu’elle ne peut être effectuée à distance ;
6° Les établissements d’enseignement artistique mentionnés au chapitre Ier du titre VI du livre IV de la deuxième partie du code de l’éducation et les établissements d’enseignement de la danse mentionnés au chapitre II du titre VI du livre IV de la deuxième partie du code de l’éducation sont autorisés à ouvrir au public, pour les seuls pratiquants professionnels et les établissements mentionnés à l’article L. 216-2 du code de l’éducation pour les élèves inscrits dans les classes à horaires aménagés, en troisième cycle et en cycle de préparation à l’enseignement supérieur ;
7° Les établissements mentionnés à l’article D. 755-1 du code de l’éducation et les organismes de formation militaire peuvent accueillir les stagiaires et élèves pour les besoins de leur préparation aux opérations militaires, lorsqu’elle ne peut être effectuée à distance ;
8° Les activités de formation aux brevets d’aptitude aux fonctions d’animateur et de directeur, prévus au 1° de l’article R. 227-12 et au 1° du I de l’article R. 227-14 du code de l’action sociale et des familles, lorsqu’elles ne peuvent être effectuées à distance.

[Analyse] – Zoom sur le plan régional de prévention et de lutte contre l’illettrisme en Auvergne Rhône-Alpes 2019-2022

Le préfet, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et le directeur de l’ANLCI ont signé en juillet 2020 le plan de prévention et de lutte contre l’illettrisme 2019-2022, construit selon des méthodes innovantes de co-construction participative, avec également les personnes concernées et touchées par l’illettrisme.

Pour en parler, l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme (ANLCI) a demandé à la correspondante régionale ANLCI Anne Mességué et à la chargée de mission nationale ANLCI Armelle Delample de répondre à quelques questions.

Anne Mességué : Ce Plan régional de prévention et de lutte contre l’illettrisme est le 3ème en région Rhône-Alpes et le premier pour la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes.

Il comporte 4 grandes priorités, qui se déclinent sur les axes Prévention de l’illettrisme et Lutte contre l’illettrisme, à savoir :

  • Sensibilisation/Professionnalisation des acteurs
  • Accompagnement/mobilisation des personnes
  • Formations/dispositifs
  • Accès aux compétences Numériques de base.

L’ensemble des acteurs des services de l’État, du conseil régional et des Centres ressources illettrisme se sont mobilisés dans l’élaboration de ce Plan, mais également de nombreux acteurs de terrain sollicités lors de rencontres sur les territoires. Il croise également les politiques publiques nationales déclinées en région comme le Pacte régional (PIC), la Stratégie Pauvreté, le CPRDFOP et la Stratégie régionale pour l’emploi. L’objectif est qu’au travers de ses différentes politiques, les personnes en situation d’illettrisme soient bien prises en compte. Par exemple sur la question de l’adaptation des formations et dispositifs pour mieux répondre aux besoins des personnes, nous avons travaillé dans le cadre d’un accord-cadre régional avec Pôle emploi, qui a permis des échanges sur les cahiers des charges des formations du Pacte régional et la mise en place de sensibilisations en cours pour les conseillers pôle emploi.

La question de l’accès de tous aux usages du  numérique est une nouveauté dans ce Plan, et nombre d’actions visent à développer les articulations entre la lutte contre l’illettrisme et la médiation numérique, en lien avec le HUB HINAURA. Cette priorité est particulièrement d’actualité, la crise ayant montré à quel point accéder à ses démarches en ligne était devenu une nécessité absolue.

Armelle Delample et Anne Mességué : Pouvez-vous nous parler de la méthode participative, de l’association des personnes concernées elles-mêmes, de ce que vous retenez de ce processus de co-construction ?

Ce type de méthode est intéressante dans la mesure où elle permet d’impliquer un grand nombre d’acteurs et de faire ainsi remonter les besoins et projets qui seraient à développer. C’est plus long et exigeant, mais au final, grâce notamment à des acteurs comme le Lab @rchipel positionné au SGAR et les Centres ressources illettrisme, nous avons pu associer près de 350 personnes aux différentes étapes de l’élaboration du Plan (rencontres sur les territoires, ateliers régionaux, avec les apprenants, avec le comité de pilotage régional, avec les CRI).

La nouveauté a été de mobiliser des apprenants, lors d’un atelier régional. Ils nous ont apporté leur expérience et leur vécu, en nous surprenant parfois, comme quand ils disent souhaiter qu’il y ait une case à cocher pour que leurs interlocuteurs dans des administrations qu’ils fréquentent régulièrement, sachent qu’ils sont en difficulté avec les compétences de base, plutôt que d’être obligés de l’exprimer à chaque fois, ce qui semble difficile en termes de législation sur la discrimination. Ils ont évoqué également la nécessité de travailler sur les modalités d’accueil dans les structures administratives et de formation. Un groupe de travail sur une charte d’accueil sera ainsi initié avec les organismes volontaires.

L’objectif va être de maintenir cette dimension participative sur la durée du Plan en essayant d’associer chaque fois que possible des acteurs de terrain et des personnes concernées, lors de bilan à mi-parcours ou de rencontres sur les territoires.

Armelle Delample : quelle complémentarité de ce plan avec les grandes orientations et stratégies nationales (plan pauvreté, inclusion numérique, PIC) ?

La prévention et la lutte contre l’illettrisme est une compétence transversale. Le plan est une bonne illustration de cette transversalité.  Elle est rendue visible grâce à l’articulation de ses objectifs avec diverses politiques publiques nationales, mais également régionales et départementales, qui incluent les personnes en situation d’illettrisme dans les bénéficiaires visés.

Ce plan constitue un levier pour la réussite de ces politiques. Les pages 30 à 38 montrent en quoi chaque politique publique (Plan d’investissement dans les compétences-PIC, Pacte régional, Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté, Plan numérique inclusif, Contrat de plan Etat-Région – CPER, Contrat de plan de développement des formation et de l’orientation professionnelle-CPRDFOP, mais aussi les Plan territoriaux d’insertion-PTI) s’adresse notamment aux personne en situation d’illettrisme et a donc un impact sur la prévention et la lutte contre l’illettrisme.

>> Télécharger le plan

>> Télécharger le document synthétique de présentation de 4 pages

Source : Site de l’ANLCI