[Lettre d’infos] – Le Focus #8 est en ligne !

Découvrez le FOCUS, une lettre d’information trimestrielle assemblée par les Centres Ressources Illettrisme de la région Auvergne-Rhône-Alpes : vous y découvrirez des zooms sur l’actualité de leurs actions menées sur le terrain !

→ Pour télécharger le dernier FOCUS#9 – Juillet 2020
(à venir dans quelques jours!…)


Voir les précédents Focus :

–  Focus #8 – Avril 2020
–  Focus #7 – Janvier 2020
–  Focus #6 – Octobre 2019
–  Focus #5 – Juillet 2019
–  Focus #4 – Avril 2019
–  Focus #3 – Janvier 2019
–  Focus #2 – Octobre 2018
–  Focus #1 – Juillet 2018

 


→ Pour vous abonner à la publication des prochains FOCUS :

*Champ obligatoire

 

[Eclairage] – La Région Auvergne Rhône-Alpes retenue pour expérimenter le pilotage régional de Pôle emploi

Pendant deux ans, la région Auvergne-Rhône-Alpes pilotera les actions de Pôle emploi en matière de formation. Entretien avec Stéphanie Pernod-Beaudon, vice-présidente à la formation professionnelle, à l’apprentissage et au sport.

Source :
Par Eric Delon – Le 21 février 2020 dans le Quotidien de la formation


Le Quotidien de la formation –
Comment avez-vous obtenu le projet d’expérimenter le pilotage de Pôle emploi en région ?

Stéphanie Pernod-Beaudon – Il n’y a pas eu de procédure d’appel d’offres. Nous avons été choisis par le gouvernement, en l’occurrence par le Premier ministre, pour entrer avec cinq autres Régions françaises (Pays de la Loire, Nouvelle-Aquitaine, Centre-Val de Loire, Normandie, Hauts-de-France), toutes volontaires, dans l’expérimentation de ce pilotage.

En tant que chef de file de ce dispositif, le Conseil régional présidera le comité de pilotage du service public de l’emploi, en cours de constitution. En aucune manière il ne s’agit d’une tutelle totale de Pôle emploi, mais bel et bien d’une action coordonnée autour de la question de la formation. Nous travaillons déjà, sur ces sujets, dans une quinzaine de domaines avec Pôle emploi.

Le Quotidien de la formation – En quoi votre offre a-t-elle été jugée pertinente?

Stéphanie Pernod-Beaudon – Selon nous, le gouvernement a choisi tout d’abord de reconnaître les décisions courageuses que nous avons prises en matière de formation professionnelle dans notre région. Dès notre arrivée en 2015, nous avons fait le choix d’orienter nos crédits de formation vers des métiers qui recrutent.

Nous avons la chance de vivre dans une région dynamique où l’on crée des emplois. Des filières entières comme l’industrie, le service à la personne ou le transport déplorent chaque année des milliers de postes non pourvus. Il n’était donc pas honnête intellectuellement de continuer à proposer, en toute connaissance de cause, à nos concitoyens, des formations dont la seule issue était l’inscription à Pôle emploi à défaut d’une insertion professionnelle faible.

Nous avons donc adapté nos dispositifs, supprimé des formations “parking” et favorisé le lien entre les bénéficiaires des formations régionales et le tissu économique, afin de mieux former et répondre à la demande des professionnels. Nous avons également développé des parcours individuels pour l’ensemble de nos publics, notamment pour ceux qui sont très éloignés de l’emploi (RSA, insertion…), mais aussi pour les personnes en situation de handicap qui ont peu accès aux formations habituellement, à cause d’un déficit de matériels ou de formations non adaptés à leur handicap.

Nous estimons que le gouvernement a été sensible au fait qu’une collectivité qui a fusionné deux Régions en mettant en place un programme d’économies conséquent (300 millions d’euros) saura investir, dès demain, dans un partenariat fort et riche de sens avec Pôle emploi afin de construire, sur des bases solides, une gestion adéquate de l’emploi en région.

Le Quotidien de la formation – Comment va se dérouler cette mission, concrètement ?
Quid du personnel requis ? Des territoires concernés ?

Stéphanie Pernod-Beaudon – Nous sommes actuellement en discussion avec l’État, via le préfet de région, afin d’établir le champ et nos modalités communes d’action. Ce travail va se poursuivre jusqu’à fin mars. S’agissant du personnel, le sujet est aussi à l’étude. Le territoire concerné par cette expérimentation est strictement celui de la région Auvergne-Rhône Alpes.