[Réforme] – Pour l’accès à la nationalité française, le niveau B1 sera demandé à l’oral… et à l’écrit, à partir du 1er avril 2020 !

Résultat de recherche d'images pour "image cni france""Source : https://www.ciep.fr/tcf-anf

A partir du 1er avril 2020, pour justifier de son niveau B1 en vue de la demande de naturalisation française, la Préfecture demandera aux candidats un diplôme ou une attestation de niveau B1 à l’oral et à l’écrit également.

Jusqu’ici, le niveau B1 était demandé seulement à l’oral (compréhension et expression orales).

Le décret est en cours de rédaction par le ministère de l’Intérieur, mais la réforme devrait entrer en vigueur à compter du 1er avril 2020.

 

Les candidats à la nationalité française âgés de moins de 65 ans (et sauf exceptions – détails à venir), devront donc justifier de leur maitrise optimale de la langue français orale et écrite par le biais de l’une des certifications suivantes, au choix :

un DELF B1 (valable à vie)

ou

un TEF Naturalisation / Test d’Evaluation du Français « Naturalisation » dans sa nouvelle forme (valable 2 ans)

ou

un TCF ANF / Test de Connaissance du Français « Accès à la Nationalité Française » dans sa nouvelle forme (valable 2 ans)

Les attestations du TEF ou du TCF ANF devront mentionner obligatoirement mentionner les résultats du test dans les 4 compétences : compréhension orale, compréhension écrite, expression écrite et expression orale.

Zoom sur le TCF ANF :
Le nouveau format du TCF ANF à 4 épreuves sera disponible en avril 2020. Les personnes qui disposent d’un rendez-vous à la préfecture après le 1er avril 2020 et qui ont besoin de passer un test avant le 1er avril doivent passer un TCF comprenant les 4 épreuves : TCF Carte de résident, ou TCF tout public avec l’expression écrite et l’expression orale, TCF Québec avec les 4 épreuves ou TCF Canada.

Rapprochez-vous d’un centre de passation qui vous accompagnera dans vos démarches.

Infographie TCF ANF

Source : https://www.ciep.fr/tcf-anf

 

[Eclairage] – Remise des conclusions de la mission relative à la lutte contre l’illettrisme

Mme Muriel Pénicaud, ministre du travail, a saisi le 3 juin 2019 M. Yves Hinnekint, directeur général d’OPCALIA et M. Christian Janin, ancien président du Comité paritaire interprofessionnel national de l’emploi et de la formation (COPANEF) d’une mission en vue d’élaborer des propositions en vue de définir une stratégie de prévention et de lutte contre l’illettrisme.

Les propositions de la mission, fondées sur l’audition de plus de 150 personnes ainsi que sur les résultats d’un questionnaire qualitatif auquel ont répondu de nombreux acteurs publics et privés dont 138 entreprises s’articulent autour de 4 axes :

  1. Nommer l’illettrisme et mesurer les résultats
  2. Mettre en place une stratégie d’accompagnement adéquate pour chaque personne en situation d’illettrisme
  3. Dans l’entreprise, mettre en évidence les coûts de l’illettrisme et accompagner les salariés pour s’en sortir
  4. Tirer pour l’avenir les conséquences de ces propositions en matière de gouvernance

Lire le rapport de la Mission relative à la lutte contre l’illettrisme, établi par Messieurs Yves HINNEKINT et Christian JANIN

 

[Eclairage] – Retour sur la journée nationale « Réussir l’intégration des étrangers par l’emploi » du 17 octobre 2019

Résultat de recherche d'images pour "ministère intérieur""

Source : https://www.immigration.interieur.gouv.fr/Accueil-et-accompagnement/Journee-nationale-Reussir-l-integration-des-etrangers-par-l-emploi

 

[Eclairage] – 200 000 personnes vont se former grâce à 1 million de Pass numériques

Le gouvernement a rendue publique le 22 juillet la liste des 48 collectivités avec lesquelles il financera pour 10,5 millions d’euros des Pass numériques. Ces chèques permettant d’accéder à des services d’accompagnement numériques sont destinés aux usagers les plus en difficulté avec ces outils.

Par Béatrice Delamer – Le 26 juillet 2019.

Le secrétariat d’État au numérique a annoncé le 22 juillet avoir sélectionné 48 collectivités, sur les 50 ayant répondu à l’appel à projet «Pass numérique » de mars 2019.

Chèques

Ces territoires vont donc pouvoir délivrer des Pass, qui, comme les chèques déjeuner ou chèques vacances, sont échangeables contre des services. En l’occurrence il s’agit  d’accompagnement numérique, avec une prise en charge totale ou partielle. Les bénéficiaires peuvent les obtenir auprès d’une structure locale (guichet de service public, collectivités, associations, travailleurs sociaux, etc.). Ils s’inscrivent ensuite  à un atelier d’accompagnement au numérique.  « Ainsi, 1 million de Pass seront rapidement mis en circulation sur les territoires permettant d’accompagner   jusqu’à 200 000 personnes (seniors, jeunes en difficulté, bénéficiaires des minima sociaux, …). » indique le communiqué du secrétariat d’État.

Tissu local

L’appel d’offre était spécifiquement destiné aux collectivités car le gouvernement est « convaincu que seul un accompagnement de proximité peut permettre de répondre efficacement à l’acculturation de l’ensemble des citoyens aux nouveaux usages et services numériques ». Il veut donc s’appuyer sur le tissu d’acteurs locaux : associations, entreprises de l’économie sociale et solidaire, bibliothèques… Sur les 48 collectivités territoriales sélectionnées par l’État on compte  : 2 conseils régionaux, 15 conseils départementaux, 3 départements et régions d’outre-mer, 22 établissements publics de coopération intercommunale et 6 syndicats mixtes.

Au total 10,5 millions d’euros vont financer l’opération (6 millions sont apportés par l’État et 4,5 millions d’euros par les collectivités).

https://societenumerique.gouv.fr/pass-numerique/