[Webinaire] – ECRIT69 : 2 nouvelles rencontres collaboratives à distance pour les animateurs ASL en juin

En mai, AFI/ECRIT69 a proposé une nouvelle modalité de travail, de sensibilisation et d’échanges avec les animateurs d’Ateliers Sociolinguistiques (ASL) volontaires et disponibles : 3 rencontres collaboratives thématiques, entièrement à distance :

Leur objectif était de réfléchir ensemble et partager conseils, idées et ressources, sur des thèmes qui pourront être intéressant à aborder dès que les ateliers pourront se remettre en place, ou à distance aussi avec certains groupes d’apprenants. Ces trois rencontres nous ont permis d’échanger avec vous d’une façon inédite, nous vous remercions de votre intérêt et de votre participation. A chaque fois, de très bonnes idées et de nouvelles réflexions ont émergé !

Afin de poursuivre ce travail collaboratif, nous vous invitons donc à 2 nouvelles rencontres:

  • Mardi 9 juin de 10h à 11h  → Animer une séance et créer des activités autour de documents authentiques liés à la crise sanitaire : les affiches de Santé Publique France et les images humoristiques
  • Mardi 16 juin de 10h à 11h → Animer un ASL en extérieur : idées d’activités pour des groupes hétérogènes (publics, niveaux)
Inscrivez-vous sur ce formulaire en ligne !
Vous recevrez par mail les codes d’accès à la rencontre collaborative,
juste avant le démarrage de la rencontre !
100% facile et gratuit / Aucun logiciel à télécharger pour vous !
A noter en plus :
La thématique des outils numériques, notamment Whatsapp, sa prise en main et son utilisation pour un apprentissage à distance et/ou en complément de l’ASL fera l’objet d’un cycle spécifique. Plus d’informations à venir bientôt… A suivre !

RETOUR SUR LE 7 MAI : communiquer grâce aux outils numériques
Vaste sujet pour débuter ce nouveau type de rencontre qui interpelle bon nombre d’entre nous dans la situation actuelle. En effet, comment continuer à garder contact avec les apprenants et leur apprentissage dans un environnement sans rencontre en présentiel ?
Nous avons tous dû nous adapter aux événements et le numérique déjà présent dans notre vie quotidienne s’est vu propulsé au premier plan car indispensable au maintien des relations.

25 personnes ont participé et échangé des interrogations et réflexions lors de cette 1ère rencontre dont voici un compte-rendu. La technologie aidant, nous avons pu partager cette rencontre en un temps collectif puis en petits groupes, ou chacun a pu exprimer plus en détail son témoignage et ses réflexions.

→ Accéder au compte-rendu & Voir le diaporama de cette 1ère rencontre collaborative

 


RETOUR SUR LE 14 MAI : Parler de sa santé et de l’épidémie
Même si les ASL ne reprennent pas en présentiel tout de suite pour toutes les associations, la santé et l’épidémie seront, pour sûr, au cœur des discussions. Alors comment peut-on en parler avec les apprenants ? Quels thèmes privilégier ? Quels supports utiliser ?
La situation a des répercussions sur la santé et le moral de tous, l’idée était aujourd’hui de partager avant de reprendre les ASL en abordant ces thèmes de façon positive et remobilisatrice.

17 personnes, salariées et bénévoles d’ASL dans le Rhône, ont participé et échangé ressources et idées lors de cette rencontre.

→ Accéder au compte-rendu & Voir le diaporama de cette 2ème rencontre collaborative


RETOUR SUR LE 19 MAI : Parler des activités qi permettent de se changer les idées
Le contexte actuel peut être considéré comme anxiogène et il semble important de remobiliser apprenants et animateurs avec des thèmes positifs. Pour reprendre les ateliers sans seulement parler de la situation sanitaire, pourquoi ne pas utiliser les nombreuses activités apparues sur Internet pendant le confinement pour que les gens ne s’ennuient pas ? En effet, il a fallu trouver de quoi s’occuper et même si on a maintenant la possibilité de sortir, les idées de défis et loisirs proposés sur Internet sont de riches supports pour les ASL.

 

7 personnes, salariées et bénévoles d’ASL dans le Rhône, ont participé et échangé ressources et idées lors de cette rencontre

→ Accéder au compte-rendu & Voir le diaporama de cette 3ème rencontre collaborative



Vous avez simplement besoin d’un matériel connecté à internet, avec un casque/micro, et d’être disponible pendant 1 heure ! Nous vous enverrons un lien par mail pour rejoindre la rencontre à distance, juste avant le démarrage de la rencontre !

Plus d’informations : ecrit69@afi3.fr

[Numérique] – Le Sénat crée une mission d’information « Lutte contre l’illectronisme et inclusion numérique »

Le Sénat a créé une mission d’information « Lutte contre l’illectronisme et inclusion numérique », à la demande du groupe du Rassemblement démocratique et social européen. Le Sénat a procédé à la désignation des 23 membres de cette mission d’information, dont 5 sont sénateurs dans notre région Auvergne-Rhône-Alpes :

L’audition, lundi 18 mai, de MM. Christian Janin, Président de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI), et Hervé Fernandez, Directeur, par la mission d’information sur la lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique, a confirmé, selon le rapporteur M. Raymond Vall (Groupe RDSE – Gers), « la pertinence de l’initiative sénatoriale d’élever ce sujet au rang de grande cause nationale nécessitant une forte impulsion politique« .

Avec des moyens trop modestes, 12 salariés et un budget d’un million d’euros, l’Agence est en effet confrontée à des défis de grande ampleur. Si son action a permis une définition consensuelle de l’illectronisme, ce dernier ne recoupe pas l’illettrisme, réalité que le manque de données fiables ne permet pas de mesurer avec précision. L’Agence a réussi à sensibiliser les formateurs et les développeurs des plateformes numériques publiques à la question de l’illectronisme. Toutefois, sa gouvernance pèche puisque le groupement d’intérêt public de l’ANLCI ne comporte, pour l’instant, ni le secrétariat d’État au numérique, ni les Régions alors qu’elles ont reçu la compétence de la formation au numérique.

Pour les sénateurs, le nouveau plan pluriannuel de l’Agence devra bâtir une coalition pour coordonner les initiatives de l’État, des collectivités territoriales et des associations. Pour lutter contre la fracture numérique, la mobilisation de tous est nécessaire. Mais l’impulsion doit être portée au plus haut niveau politique.

Afin de mieux cerner les enjeux de l’exclusion numérique, alors que l’État accélère sa numérisation et que le télétravail a connu un essor sans précédent pendant le confinement dû à l’épidémie de Covid-19, la mission d’information poursuit ses travaux avec l’audition le 25 mai de M. Jacques Toubon, Défenseur des droits, qui avait estimé en 2019 que la dématérialisation à marche forcée des services publics se résumait pour certains publics par un recul de leurs droits en raison de la disparition des services publics sur certains territoires.

A suivre…

Le Sénat organisera par ailleurs, le mercredi 27 mai prochain, à l’initiative du groupe de l’Union centriste, un débat consacré au thème : « La crise du Covid‑19 : révélateur de la dimension cruciale du numérique dans notre société : quels enseignements et quelles actions ? »

 

Source : http://www.senat.fr/commission/missions/lutte_contre_lillectronisme.html

[Webinaire] – OCAPIAT : Compétences de base, illettrisme et illectronisme

OCAPIAT a régulièrement déployé auprès d’entreprises, des webinaires sur des thématiques liées au développement des compétences et à l’innovation.

Fort de cette expérience et expertise et de la situation COVID-19 qui nous amène tous à revoir nos modalités de travail, de formation, d’échanges, OCAPIAT propose une programmation de webinaires ouverte à tous, amplifiée et sur des thèmes diversifiés. Le 1er webinaire s’est tenu le 17 avril de 9h30 à 10h30.

  • Compétences de base, illettrisme, illectronisme, de quoi parle-t-on ?
  • Quelles bonnes pratiques pour les entreprises ?
  • Pourquoi et comment agir auprès des salariés ?

Intervenantes

  • Anaïs Borowiak – Chargée de mission nationale, ANLCI (Agence Nationale de Lutte contre l’Illettrisme)
  • Claire Marx – Formatrice Consultante, ALPES, organisme de formation
  • Myriam Touzeau – Conseillère aux Actifs, OCAPIAT
  • Coordination de l’animation: Odile Kiener – chef de projet DISEA, Offre de services aux actifs, OCAPIAT

Pour revoir ce webinaire

Contact : marie-paule.guyot@ocapiat.fr

[Eclairage] – « Faire à la place de » – « Faire avec » : Aidants Connect, une solution sécurisée

Aidants Connect est une startup d’Etat, un nouveau service public numérique développé en interne par la Mission Société Numérique chez BetaGouv qui vise à faciliter et sécuriser le travail des aidants numériques sur les enjeux de confidentialité et de sécurité des données. C’est aussi un outil qui permet un accompagnement humain pour « faire à la place de » ou « faire avec » pour toutes personnes qui, pour diverses raisons, ne peuvent pas faire leurs démarches en ligne.

Le 6 février dernier, c’était le lancement d’Aidants Connect dont l’expérimentation commence dans 13 structures dans 10 départements sur ces 6 prochains mois! Dans notre région Aidants Connect est en test dans le département de la Drôme.

Des outils pour accompagner et comprendre et expliquer France Connect et Aidants Connect: https://aidantsconnect.beta.gouv.fr/guide_utilisation/

Toutes les informations sur Aidants Connect : https://aidantsconnect.beta.gouv.fr

Logo Aidants Connect

[Eclairage] – Illectronisme : 1 personne sur 6 n’utilise pas Internet

Selon l’INSEE, en 2019, 15 % des personnes de 15 ans ou plus n’ont pas utilisé Internet au cours de l’année, tandis que 38 % des usagers manquent d’au moins une compétence numérique de base et 2 % sont dépourvus de toute compétence.

Ainsi, l’illectronisme, ou illettrisme numérique, concerne 17 % de la population. 

« L’illectronisme peut accroître la vulnérabilité sociale. Savoir utiliser les ressources numériques courantes (Internet, traitement de texte…) est devenu presque aussi indispensable que savoir lire, écrire et compter. Ne pas avoir accès à Internet ou ne pas savoir utiliser les outils numériques représente donc un réel handicap, notamment pour effectuer des démarches administratives ou encore accéder aux services publics, pouvant accroître la vulnérabilité sociale de populations potentiellement déjà fragiles. La lutte contre l’illectronisme devient ainsi un enjeu de politique publique comparable à la lutte contre l’illettrisme. En raison des évolutions incessantes des supports et des logiciels, elle nécessite de réduire, à tous les âges et tout au long de la vie, les inégalités matérielles et de fournir une formation continue. »

→ Voir l’étude complète : https://insee.fr/fr/statistiques/4241397
Stéphane Legleye, Annaïck Rolland (division Conditions de vie des ménages, Insee)