[Synthèse] – Présentations du Plan Régional de Prévention et de Lutte contre l’Illettrisme AURA

Le Plan régional de prévention et de lutte contre l’illettrisme Auvergne-Rhône-Alpes 2019-2022, signé en juillet 2020, a été élaboré grâce à la contribution de nombreux acteurs de l’ensemble de la région. Des réunions sur les territoires ont en effet été organisées afin de recueillir les bonnes pratiques et les besoins, auprès d’acteurs variés, dans les champs de la prévention et de la lutte contre l’illettrisme. Suite à ce recueil, des travaux en ateliers participatifs ont permis de dégager les priorités du Plan et les grands objectifs à viser pour chaque priorité. Puis, les membres du Comité de pilotage régional ont travaillé à la formulation des actions à développer.


Il était prévu de revenir sur les territoires pour présenter le plan finalisé, mais le contexte sanitaire actuel ne l’a pas permis. De ce fait, trois temps de présentation ont été organisés par territoire académique, en visioconférence, les 23 et 24 février 2021. Ils étaient ouverts à tous les acteurs concernés : partenaires institutionnels, acteurs des services publics de l’emploi et de l’orientation, organismes de formation, associations, etc.

Le déroulé était le même sur chaque territoire et comportait :

  • Une présentation et un point d’étape du plan régional
  • Des zooms sur quelques actions spécifiques à chacun des territoires concernés
  • Un temps de questions /réponses
  • Des informations sur le contexte actuel et des perspectives

Plus de 160 personnes ont participé à ces visioconférences
et 16 actions ont été présentées par les pilotes et acteurs !

Voir la synthèse des trois présentations
du Plan Régional de prévention et de lutte contre l’illettrisme AURA

> Contact : Anne Mességué, Chargée de mission régionale Prévention et Lutte contre l’illettrisme – SGAR et Correspondante régionale de l’ANLCI

 

[Eclairage] – Illectronisme : 1 personne sur 6 n’utilise pas Internet

Selon l’INSEE, en 2019, 15 % des personnes de 15 ans ou plus n’ont pas utilisé Internet au cours de l’année, tandis que 38 % des usagers manquent d’au moins une compétence numérique de base et 2 % sont dépourvus de toute compétence.

Ainsi, l’illectronisme, ou illettrisme numérique, concerne 17 % de la population. 

« L’illectronisme peut accroître la vulnérabilité sociale. Savoir utiliser les ressources numériques courantes (Internet, traitement de texte…) est devenu presque aussi indispensable que savoir lire, écrire et compter. Ne pas avoir accès à Internet ou ne pas savoir utiliser les outils numériques représente donc un réel handicap, notamment pour effectuer des démarches administratives ou encore accéder aux services publics, pouvant accroître la vulnérabilité sociale de populations potentiellement déjà fragiles. La lutte contre l’illectronisme devient ainsi un enjeu de politique publique comparable à la lutte contre l’illettrisme. En raison des évolutions incessantes des supports et des logiciels, elle nécessite de réduire, à tous les âges et tout au long de la vie, les inégalités matérielles et de fournir une formation continue. »

→ Voir l’étude complète : https://insee.fr/fr/statistiques/4241397
Stéphane Legleye, Annaïck Rolland (division Conditions de vie des ménages, Insee)

[Eclairage] – Lire & Ecrire Bruxelles : documentaire sur les TIC en alphabétisation et/ou lutte contre l’illettrisme

Le GT TIC de Lire et Ecrire Bruxelles et Banlieues asbl (François Carlier et Nicolas Hanoteau) ont été à la rencontre de personnes en parcours d’alphabétisation pour qu’elles puissent témoigner de l’omniprésence du numérique dans leur quotidien (loisir, recherche d’emploi, déplacements…) et de l’importance d’intégrer les nouvelles technologies aux formations d’alphabétisation.

Le film s’enrichit également de témoignages de professionnel·les pour mieux comprendre les enjeux et les dispositifs mis en place par Lire et Ecrire Bruxelles pour aborder cette question.

→ Un film à découvrir sur alpha-tic.be

Source : Presse-Papier CRI Auvergne

 

 

[Eclairage] – Remise des conclusions de la mission relative à la lutte contre l’illettrisme

Mme Muriel Pénicaud, ministre du travail, a saisi le 3 juin 2019 M. Yves Hinnekint, directeur général d’OPCALIA et M. Christian Janin, ancien président du Comité paritaire interprofessionnel national de l’emploi et de la formation (COPANEF) d’une mission en vue d’élaborer des propositions en vue de définir une stratégie de prévention et de lutte contre l’illettrisme.

Les propositions de la mission, fondées sur l’audition de plus de 150 personnes ainsi que sur les résultats d’un questionnaire qualitatif auquel ont répondu de nombreux acteurs publics et privés dont 138 entreprises s’articulent autour de 4 axes :

  1. Nommer l’illettrisme et mesurer les résultats
  2. Mettre en place une stratégie d’accompagnement adéquate pour chaque personne en situation d’illettrisme
  3. Dans l’entreprise, mettre en évidence les coûts de l’illettrisme et accompagner les salariés pour s’en sortir
  4. Tirer pour l’avenir les conséquences de ces propositions en matière de gouvernance

Lire le rapport de la Mission relative à la lutte contre l’illettrisme, établi par Messieurs Yves HINNEKINT et Christian JANIN

 

[Retour sur les JNAI] – Les jeunes participants aux JDC créent des scénarios pour sensibiliser aux conséquences de l’illettrisme

     

Depuis quelques années, ECRIT69 contribue aux JNAI en animant des sensibilisations pour les jeunes participants aux JDC (Journées Défense et Citoyenneté).

Cette année, sous l’impulsion de la directrice Madame Porcu-Richerd, le Centre Service National Militaire (SNM) de Lyon a consacré une journée à la lutte contre l’illettrisme. ECRIT 69 a animé le 10/09 une demi-journée de sensibilisation aux causes et aux conséquences de l’illettrisme auprès de 48 jeunes participants aux JDC (Journées Défense et Citoyenneté), encouragés en ce sens par la visite de personnalités politiques et militaires. Madame Anne Brugnera, députée du Rhône, est notamment intervenue lors de cette demi-journée de travail, afin de rencontrer les jeunes participants à la JDC.

Notre objectif était double :

  • permettre aux jeunes personnellement en difficulté avec les compétences de base (ou connaissant dans leur entourage une personne dans cette situation) de prendre conscience des possibilités d’accompagnement et de formation,
  • entamer une réflexion avec tous sur l’attitude citoyenne que chacun de nous pouvons adopter, qu’elle passe par un engagement de service civique, ou en tant que bénévole, ou par une attitude et une attention dans la vie de tous les jours.

Enthousiastes, après avoir regardé et commenté quelques courts-métrages et consolidé leurs acquis par le quizz de l’Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme, les participants ont créé eux-mêmes des scénarios de courts-métrages : après avoir imaginé des situations embarrassantes ou difficiles à vivre pour des adultes en difficulté avec les savoirs de base (au restaurant, un premier rendez-vous, avec les démarches sur internet, au bureau de vote…), les jeunes ont réfléchi aux actes qui pourraient permettre aux personnes en situation d’illettrisme d’être mieux prises en considération.

DECOUVREZ LEURS SCENARIOS !